Articles en libre accès

 

Dans un pays donné, mélangez un public conformiste et naïf avec une pincée d’experts spécialisés à outrance, et des média incompétents* ; remuez bien. Quand le mélange arrive à ébullition, ajoutez quelques menteurs professionnels, et une poignée de prophètes de l’apocalypse. Laissez sur le feu pendant quelques décennies en saupoudrant régulièrement d’études scientifiques contradictoires et truffées de termes à rallonge incompréhensibles. Faites refroidir à température ambiante : vous obtenez une nation où, 9 fois sur 10, le fantasme l’emporte sur la raison.

* Voir par exemple : François Ruffin (2003), Les Petits Soldats du journalisme, Les Arènes, Paris.

 

Dans le cas des plantes toxiques, le délire est aujourd’hui complet : le terme « toxique » est utilisé sans discernement, souvent sans être clairement défini ; des espèces sont confondues les unes avec les autres ; extraits chimiques et plantes sont considérés comme équivalents, etc. A ce titre, on pourrait sans doute dire que la connaissance que le public a des plantes sauvages (en particulier toxiques) est proche de celle que nombre d’entre nous avons de la cosmochimie (l’étude des substances chimiques présentes dans le système solaire).  

 

 

christophe, monplaisir, aventure, coin, bois, plante, sauvage, locale, comestible, toxique, médicinale, nature, santé, recette, cuisine, gastronomie, séjour, stage, identification, cueillette, vertu, santé, ethnobotanique, pratique, terrain, Navajo, Arizona, cahiers, petit, traité, rustica,  caroline, ciguë, conium, maculatum

La grande ciguë, Conium maculatum, cristallise la peur des plantes sauvages toxiques. Elle est à tort appelée "la" ciguë : il y a pourtant au moins 4 espèces différentes de plantes qui sont appelées "ciguë"...

 

Cet article présente les principales caractéristiques pour pouvoir identifier l'églantier.

 

Pour apprendre à extraire la pulpe et découvrir 5 bonnes raisons de cueillir des cynorhodons, c'est ici :)

 

***********

 

Il existe de nombreuses espèces spontanées d'églantiers en France métropolitaine. G. Bonnier, dans sa Grande flore en couleurs, en référence 12. Cet article est volontairement limité à la description des principaux caractères d'identification de l'espèce la plus répandue dans nos contrées : Rosa canina. Ses noms vernaculaires les plus communs sont rosier sauvage, églantier sauvage, et rosier des chiens.

 

plante, sauvage, comestible, toxique, aventure, coin, bois, forêt, écologie, cueillette, cuisine, récolte, vertus, nutrition, balade, découverte, identification, françois, couplan, collège, pratique, ethnobotanique, stage, utiliser, utilisations, botanique, alternatif, santé, gastronomie, autonomie, atelier, nature, nutriments, harmonie, livre, ouvrage, conférence, christophe, monplaisir, genévrier, églantier, cynorhodon, Rosa

Dans l'article précédent, nous avons découvert les principaux caractères d'identification de l'églantier sauvage. Il est temps de passer à la cueillette de ses (faux-) fruits sauvoureux, les cynorhodons, et de découvrir certaines de leurs vertus nutritionnelles.

 

Découvrir et utiliser les plantes sauvages locales

Vous cherchez un cadeau original et utile ? Offrez une de nos publications, ou un stage de l'Aventure Au Coin Du Bois, et donnez la possibilité à vos proches de découvrir les plantes !

 

Comment offrir des chèques stages L'Aventure Au Coin Du Bois ?

 

Comment offrir des Cahiers Pratiques & Sauvages ?

 

Pour découvrir

  • les stages à venir, cliquez ici
  • les stages des années précédentes, cliquez ici (identification, cueillette, cuisine),  ici (artisanats paléolithiques), ici (journée cuisine sauvage).  
  • les témoignages d'anciens stagiaires, cliquez ici.
  • nos publications, cliquez ici.