Articles en libre accès

En recherche d’idées originales pour un repas entre amis ou en famille, ou tout simplement pour se régaler ? Laissez-vous tenter par ce plat d’automne sucré-salé, à base de cenelles, les fruits sauvages de l'aubépine (Crataegus monogyna) !

 

cenelles, aubépine, Crataegus monogyna, Crataegus laevigata, cuisine, cuisiner, fruits, sauvages, recette, identifier, identification, cueillir, cueillette, sauté de porc, coings, gingembre, aventure au coin du bois, Calenduline, Calendula

Les cenelles, vous connaissez ? Petits fruits rouges, qui ressemblent à de minuscules pommes, les cenelles sont en fait les fruits des aubépines (Crataegus spp.). Plutôt fades et farineuses lorsqu’elles sont crues, elles révèlent leurs qualités une fois cuites : elles s’utilisent alors tout aussi bien en salé ou en sucré.

Qui prend la peine de les connaître un peu mieux se rend rapidement compte qu’elles font partie des incontournables des cueillettes d’automne !

 

aubépine, cenelles, Crataegus monogyna, Crataegus laevigata, recette, cuisiner, cuisine, sauvage, cueillir, cueillette, identifier, identification, fruits, extraire, pulpe, aventure au coin du bois, calenduline, calendula

 

« Alors me revient en mémoire ce que peu auparavant m’avait dit Alfred Métraux : « Pour pouvoir étudier une société primitive, il faut qu’elle soit déjà un peu pourrie. » Or, j’avais devant moi, du moins avec les Iroïangi, une société encore verte, si l’on peut dire, bien que les circonstances eussent contraints la tribu à accepter de vivre dans un espace « occidental » […]. A peine effleurés, à peine contaminés par l’air mortel qu’est pour les Indiens celui de notre civilisation, les Aché y conservaient la fraîcheur encore quiète de leur vie dans la forêt ; provisoire liberté, qui se survivait sans doute, mais qui pour le moment n’exigeait rien d’autre, n’était flétrie d’aucune blessure par où eût pénétré l’insidieuse et rapide décomposition de leur culture. La société des Aché Iroïangi n’était donc pas pourrie, sa bonne santé l’empêchait d’inaugurer avec moi, avec un autre monde, le discours de sa décadence. Et pour cela, d’un même mouvement, les Aché recevaient les cadeaux qu’ils ne réclamaient pas, ils refusaient les essais de dialogue parce qu’ils étaient assez forts pour n’en avoir pas besoin : nous commencerions à parler lorsqu’ils seraient malades. » (p.76-77)

 

-   P. Clastres (1972), Chronique des Indiens Guayaki, Plon (collection Terre Humaine), Paris, 311 pages.

 

chronique, indien, guayaki, pierre, clastres, christophe, monplaisir, genévrier, ethnologie, anthropologie, ethnobotanique

 

« Le fait qu’Ishi ait franchi les limites de son territoire pour s’avancer de plus en plus dans l’inconnu indique indiscutablement qu’il avait également franchi certaines limites physiques et psychiques. Si nous voulons essayer de comprendre  quel degré de désarroi il avait dû atteindre, il nous faut savoir à quel point un tel comportement était aberrant, non seulement de la part d’Ishi l’homme, mais aussi de celle d’Ishi le Yahi. Sa vie nous paraîtra moins fragmentaire si nous la regardons avec du recul, comme on s’éloigne du détail d’un visage ou d’un élément dans une peinture pour survoler d’un coup d’œil l’ensemble de la toile et faire ressortir en perspective le fond et les motifs. Nous ne comprendrons les valeurs d’Ishi, son comportement, ses croyances et son style de vie que si nous nous faisons une idée générale de l’héritage qui était le sien : celui de la Californie indienne et de son peuple. » p. 22-23.

 

-       T. Kroeber (1968), Ishi, Plon (collection Terre Humaine), Paris, 340 pages.

 

ishi, theodora, kroeber, Yahi, Yana, Californie,

 

« Rien n'est plus en ordre qu'un cimetière. » (p.387)

 

- E. Galeano (1981), Les Veines ouvertes de l’Amérique latine,

Plon (collection Terre Humaine), Paris, 448 pages.

 

 veines, ouvertes, eduardo, galeano