Connexion

En libre accès

Petits fruits sauvages : comestibles ou pas ? Les fruits rouges

Qui ne s'est déjà laissé tenté par quelques mûres lors d'une balade de fin d'été ? C'est en effet un des rares fruits encore couramment cueilli de nos jours : pour grignoter au passage ou pour faire de délicieuses gelées. Les mûres ne sont que les vestiges de cueillettes bien plus conséquentes, car bien d'autres fruits sauvages égayent les chemins à cette époque de l'année. Rouges ou noirs, tous paraissent apétissants. Pourtant, ce n'est qu'après les avoir identifiés avec certitude que l'on se permettra de les cueillir et de les déguster car nombre d'entre eux sont toxiques !

 

Vous trouverez ci-dessous une liste (non exhaustive !) des petits fruits rouges les plus fréquemment rencontrés à la fin de l'été sur nos chemins. On les trouvera dans les haies et les friches, parfois dans les bois clairs.

fruits comestibles

 

Cenelles, fruits de l'aubépine comestibles

(ici : Crataegus monogyna

 

 

Eléments de reconnaissance 

  • Arbuste dont certains rameaux se terminent en épines

  • Feuilles profondément lobées, longuement pétiolées, dotées de stipules, glabres, vert sombre, souvent disposées en touffes
  • Fruit à pulpe farineuse, long pédoncule

 

 cenelles, fruits de l'aubépine (Crataegus monogyna)

Cenelles (fruits de l'aubépine,

Crataegus monogyna) : comestibles

Cynorrhodons, fruits de l'églantier : comestibles

(Rosa canina

 

Eléments de reconnaissance 

  • Arbrisseau à aiguillons, aux rameaux souples

  • Feuilles composées en général de 5 à 7 folioles ovales et dentés, dotées à la base de stipules allongées
  • Fruits rouges à maturité, allongés, surmontés d'un calice persistant

 Cynorrhodons (fruits de l'églantier, Rosa canina)

Cynorhodons (fruits de l'églantier,

Rosa canina) : comestibles

Fruits de l'épine-vinette : comestibles à maturité (rouges) 

(Berberis vulgaris

 

Eléments de reconnaissance 

  • Arbuste aux rameaux comportant de fines épines groupées par 3 au niveau d'insertion des feuilles

  • Feuilles simples, alternes ou par touffes, glabres presque caoutchouteuses, vert à glauque, goût acidulé
  • Fruits petits, longs, à longs pédoncules, disposés en grappes

 Fruits de l'épine-vinette (Berberis vulgaris)

Epinette-vinette (Berberis vulgaris) : comestible

Fruits de la viorne obier : comestibles cuits, une fois rouges

(Viburnum opulus)

 

Eléments de reconnaissance 

  • Arbrisseau (2-4 m) aux feuilles opposées

  • Feuilles simples, largement ovales, à 3-5 lobes aigus
  • Fruits globuleux, rouges à maturité, à longs pédoncules, regroupés en corymbes laches
  • Attention : Cuits, les fruits de la viorne obier sont comestibles (consommés depuis des milliers d'années). Crus ils sont toxiques, car purgatifs ! 
  • Pour en savoir plus sur la viorne obier et toutes les viornes, voir l'article d'Emilie : Redécouvrir les viornes.

Viburnum opulus, viorne obier, plante comestible

Viorne obier (Viburnum opulus) :

fruits comestibles cuits, une fois rouges

FRUITS TOXIQUES

 

Fruits des chèvrefeuilles : toxiques

(Lonicera spp.) 

 

Eléments de reconnaissance 

  • Plante grimpante à base ligneuse

  • Feuilles opposées
  • Fruits collés 2 à 2 pour le chèvrefeuille des haies (Lonicera xylosteum), groupés aux extrémités des rameaux pour le chèvrefeuille des bois (Lonicera periclymenum)

 

 Fruits du chèvrefeuille des haies (Lonicera xylosteum)

Chèvrefeuille des haies

(Lonicera xylosteum) : toxique

 FRUITS tres TOXIQUES 

(quelques baies peuvent provoquer la mort)

 

Fruits du tamier : très toxiques

(Dioscorea communis

 

Eléments de reconnaissance 

  • Liane herbacée

  • Larges feuilles cordées alternes qui meurent dès la fin août
  • Fruits plutôt gros, parfois légèrement allongés, un peu translucides, la plupart du temps en grappes serrées, et qui ont souvent l'air d'être rattachés à une plante déjà fannée

 Fruits du tamier (Dioscorea communis)

Tamier (Dioscorea vulgaris)

très toxique

Fruits de la bryone : très toxiques

(Bryonia dioica

 

Eléments de reconnaissance 

  • Liane herbacée, qui possède des vrilles

  • Feuilles palmées, plus ou moins profondément lobées, qui meurent à la fin de l'été
  • Fruits de taille modeste, rouge vif, ronds, plutôt isolés, qui, comme le tamier, ont l'air d'être rattachés à une plante déjà fannée dès le mois de septembre

 Bryone (Bryone dioica)

Bryone (Bryonia dioica)

très toxique

Fruits du fusain : très toxiques 

(Euonymus europaeus)

 

Eléments de reconnaissance 

  • Arbuste aux rameaux assez droits

  • Feuilles opposées, longuement ovales, finement dentées, courtement pétiolées
  • Fruits roses à 4 loges, très décoratifs, qui font penser à un bonnet d'évêque. Une fois ouverts, ils montrent leurs graines oranges. 

 Fruits du fusain d'Europe (Euonymus europaeus)

Fusain d'Europe (Euonymus europaeus)

très toxique

Fruits de la douce-amère : très toxiques 

(Solanum dulcamara)

 

Eléments de reconnaissance 

  • Liane assez frêle

  • Feuilles alternes ou parfois opposées, longuement ovales, avec parfois 2 lobes profonds et ovales à la base
  • Fruits verts, puis jaunes, puis rouges ovoïdes, ressemblant à de toutes petites tomates allongées. Attention, ils sont tentants !

 

 Fruits de la douce-amère (Solanum dulcamara)

Douce-amère (Solanum dulcamara)

très toxique

 

Un artricle de Caroline-"Calenduline"

 

Photos : Genévrier

 

 

Formée au Collège Pratique d’Ethnobotanique de François Couplan, co-auteure du Petit Traité Rustica des plantes sauvages comestibles, Caroline "Calendula" est membre fondateur du collectif l’Aventure au Coin du Bois, au sein duquel elle est directrice éditoriale des Cahiers Pratiques & Sauvages et auteure de nombreux articles portant sur les plantes sauvages et leurs utilisations. Elle propose également avec l'association le Tilleul & l'Eglantier des stages, ateliers et sorties sur le terrain pour apprendre à identifier et à cuisiner les plantes locales.

 

Passionnée de cuisine et de crusine sauvage, elle échange savoirs et savoir-faire autour des plantes et de la cuisine avec Stéphane Gérente Lapierre, Chef du restaurant gastronomique de l'Auberge du Fouron.

 

 

AVERTISSEMENT

Le collectif L'Aventure Au Coin Du Bois ne saurait être tenu responsable des dommages éventuels causés par erreur d'identification ou par utilisation inappropriée des plantes. Les lecteurs consommant des plantes sauvages ou pratiquant les techniques décrites dans nos Cahiers et sur notre site sont seuls responsables de leurs actes et de leurs conséquences. La consommation de certains végétaux ou la pratique de certaines activités peuvent être déconseillées dans certains cas (allergies, maladies cardiaques, rénales, etc.). Il convient donc de se connaître soi-même afin de prendre les précautions nécessaires et d'éviter tout accident.

© L'Aventure au Coin du Bois, 2013. Tous droits réservés.